SIX CONSEILS POUR RÉUSSIR VOTRE COMPOST

Mars est le mois idéal pour se mettre au compostage. Moyennant l’achat d’un composteur à 5 € , cette pratique, simple et écologique, permet de recycler vos déchets et d’enrichir la terre de vos jardins.

Depuis quinze ans, le compostage fait son chemin dans les jardins colombiens. Cette pratique permet de recycler des dizaines de kilos d’ordures ménagères par an, qui, à terme, vont servir au jardinage et au rempotage. Le processus est assez simple pour s’y adonner à tout âge. Aujourd’hui, 1645 composteurs sont installés à Colombes, dans les pavillons, mais aussi dans les immeubles collectifs, privés et publics. Plusieurs conditions sont toutefois requises pour que chacun profite au mieux de son compost. Voici nos conseils !

1. Choisissez le bon emplacement

Disposez le composteur sur la terre et non sur du béton : l’interaction avec la faune  du sol est primordiale. Pour éviter les effets de la chaleur, il est préférable de choisir un emplacement ombragé.

2. Ne vous trompez pas de déchets

Vous pouvez déposer dans votre composteur vos épluchures de fruits et légumes, coquilles d’oeufs, tailles de haies, produits de tontes, marc de café… Tout n’est pas valorisable :les restes de viandes, de poisson, produits laitiers, ou le papier imprimé, ne sont pas les bienvenus.

3. Aérez

La clé de la réussite d’un compost est l’aération. L’oxygène est vital pour la décomposition des matières organiques. Si le compost est trop tassé, il sera de mauvaise qualité.

4. Mélangez les matières

Mélangez les végétaux riches en carbone (feuilles mortes, marc de café, plantes séchées) avec ceux riches en azote (mauvaises herbes, fruits et légumes). Le bon équilibre entre matières carbonées, ou « brunes » est de 40 % et azotées, ou « vertes », 60%.

5. Arrosez

L’eau est indispensable dans le compost pour que les différents organismes qui s’y retrouvent jouent leur rôle. L’idéal est de trouver un bon équilibre dans l’arrosage, suivant les saisons. L’excès d’eau est en effet synonyme de privation d’oxygène, et favorise la production de méthane ainsi que la prolifération de bactéries. Le manque d’eau stoppe le processus de décomposition.

6. Protégez-le

Pour éviter que le compost durcisse ou s’assèche, retournez plusieurs fois par an le tas de compost. Cela permet d’aérer l’ensemble, et d’accélérer le processus de compostage. Couvrez-le, pour éviter le lessivage par les pluies. Les matières bien abritées bénéficieront d’une température constante, et cela évitera à des matières parasites de s’y retrouver par erreur.