R-Urban : un projet au service de l’économie sociale et solidaire... et plus

« Economie sociale et solidaire (ESS)» quésaco ?

L’économie sociale et solidaire repose sur les principes de la libre adhésion, une lucrativité limitée, une gestion démocratique et participative, une utilité collective et sociale du projet et une mixité des financements entre ressources privées et publiques.

Le projet R-Urban à Colombes :

Surconsommation, épuisement des ressources, accroissement des inégalités… autant de phénomènes qui nous poussent aujourd’hui à proposer une alternative à nos modes de fonctionnement, de pensées, de consommations et de vie, en vue d’établir une société plus sobre, responsable, durable et humaine.

« Penser global, agir local », parce que l’action à une échelle globale est longue et difficile, l’action locale trouve toute sa place dans la dynamique de changement des « façons de faire » naissante.

« Produire ce que nous consommons et consommer ce que nous produisons » (André Gorz) telle est ainsi la devise du projet R-Urban. En exploitant des terrains urbains temporairement non occupés, R-Urban a pour objectifs de développer des outils expérimentaux afin de rééquilibrer « production » et « consommation » et ainsi réconcilier environnement, vie sociale et développement économique.

Cet objectif ne peut être atteint que par la mise en place de circuits courts et locaux. En effet, ces derniers permettent une réduction de notre impact sur l’environnement – la réduction des distances s’accompagnant d’une réduction des émissions des gaz à effet de serre générés par les transports (des marchandises). De plus, le recours à des pratiques de cultures écologiques limite également les pollutions des sols et les risques sanitaires.  Enfin, ils renforcent le lien entre les habitants et les acteurs du quartier à travers des moments de rencontre, d’échanges, de vivre ensemble et d’appropriation du quartier.

Le projet, dans le respect de sa dimension d’économie sociale et solidaire, est créateur d’emplois sur le territoire colombien (3 emplois déjà créés aujourd’hui et à terme 7 à 8 emplois) et associe des associations de l’ESS à l’instar de l’association Extramuros à Gennevilliers qui emploie des personnes en insertion (projet Recyclab).

De l’agriculture à Colombes : l’Agrocité*

 Le projet de l’Agrocité, situé sur le terrain du 4-12 rue Jules Michelet, développe le concept de l’agriculture urbaine. Légumes, fruits, aromates et toutes autres sortes de cultures seront produites dans le respect de l’environnement et de la biodiversité. L’ensemble du projet est pensé de manière expérimentale : jardins partagés, compostage des déchets, récupération des eaux de pluie, traitement des eaux (des éviers) par phyto-épuration (épuration par les plantes), chauffage par poêle à bois restreint, utilisation de l’énergie solaire, constructions écologiques en bois à partir de matériaux de récupération, toilettes sèches, ferme à lombrics… mais aussi des espaces pédagogiques pour informer et sensibiliser les habitants aux enjeux du projet et plus globalement à ceux du développement durable.

* ouverture de la friche au public en mars 2012 et inauguration de la fin des travaux le 22 juin 2013 à 15h30 sur le terrain 4-12 rue Michelet 

Une ressourcerie  boulevard d’Achères :  Recyclab* 

 L’objectif premier de cette unité est de réduire les tonnages de déchets produits sur le territoire colombien par leur réutilisation. Les émissions de gaz à effet de serre (CO2) liées à la production de déchets seront ainsi réduites significativement (pas d’acheminement des déchets vers des filières de traitement extérieurs au territoire). Il est donc question de créer sur le bout du boulevard d’Achères, un lieu de récupération et de recyclage des déchets urbains tels que le bois, gravas, tuiles et autres déchets de chantiers colombiens. Ceux-ci seront réemployés pour la construction d’habitats sur le troisième site (Ecohab). De la même manière que le projet Agrocité, l’ensemble du site est conçu de manière responsable : matériaux de construction, traitement des eaux, toilettes sèches, énergies renouvelables…

*lancement des travaux à l’été 2012 et visite de chantier le 22 juin 

Une nouvelle façon d’habiter au 8 rue Jean-Jacques Rousseau : Ecohab

Issu des pays nord-européens, « l’habitat coopératif » se développe de plus en plus en France. Toujours dans une perspective de réduire l’impact sur l’environnement, l’habitat qui sera construit est pensé entièrement.  On y créé en effet une nouvelle façon de vivre : logement social, logement d’accession à la propriété et résidences étudiantes et d’artistes se mêleront et s’articuleront autour  d’espaces de vie communs (laverie, jardins partagés…) et de partage (co-voiturage par exemple). Dans la continuité des deux autres unités, l’ensemble des  constructions seront bien entendu écologiques.

Retrouvez de plus amples informations ainsi que l’évolution des projets sur  http://r-urban.net