Contribution d'Olivier : pour une "politique de la voiture" à Colombes

suggestionSur ce blog, nous mettons en ligne vos idées. N’oubliez pas que vous
pouvez nous les soumettre par mail. Après avoir vérifié qu’elles sont
bien pertinentes et qu’elles concernent l’ensemble de la ville, nous la
publions sur ces pages.

Aujourd’hui, nous vous proposons de découvrir le texte qu’Olivier nous a envoyé.

 

Toutes les idées développées ci avant sont bonnes et elles sont nombreuses à pouvoir être mise en place sans mettre les finances locales à genoux ni même de créer d’explosion sociale dramatique. Bravo pour tout ce qui ira dans ce sens.

Également il serai bon de voir se dessiner une « politique de stationnement » et une « politique de la voiture » clair et visible à Colombes.

Le plus grand défi du développement durable réside dans la mobilité.
Réduire l’emprunte carbone de sa mobilité c’est moins utiliser sa voiture. Vivre sans voiture c’est aussi gagner en pouvoir d’achat.
Cependant, si on ne veut pas nécroser la ville et casser notre système, il faut que la ville puisse offrir au plus grand nombre cette possibilité de se passer de voiture. Et pour cela, il faut des alternatives crédibles.

En 1999, 10 000 foyers ne possédaient pas de voitures à Colombes, et 40% de ceux là étaient des retraités. Autant dire que les actifs n’étaient pas les premiers à s’offrir ce mode de vie.

Pour le moment, être actif avec enfant et sans voiture reste marginalisant à Colombes. Je passe pour un guignol avec ma charrette derrière mon vélo avec mes 2 petits assis dedans. Les voies sont étroites, les voitures roulent vite et n’apprécient que modérément les cyclistes et le réseau dédié au vélo manque de cohérence avec les communes limitrophe.

De même pour envoyer les gamins à l’école, à la MJC ou à la cave à théâtre en vélo, il n’y a pas suffisamment de parcours sécurisant pour eux.

M. le maire, pensez à ces quelques actions pour commencer; elles relèvent toutes de votre domaine de compétence :

1/ généraliser les zones 30 sur toute la voirie communale, et confinez les axes de transit « pour voiture » sur la voirie départemental maintenue à 50 km/h.

2/ Faite des enquêtes de terrain : vous constaterez que dans les zones résidentielles, les voitures qui stationnent sur voirie disposent très souvent d’une place inutilisée sur leur parcelle. Il existe à Colombes un gisement très important de suppression de places de stationnement sur voirie. Chaque place de gagnée, c’est 20m² rendu au 60 000 à 70 000 Colombiens qui ne conduisent pas quotidiennement. Cela permet d’élargir la place des modes doux et de sécuriser le vélo, notamment pour la pratique à contre sens.

3/ généralisez la matérialisation au sol des places de stationnement autorisée. Généralisez le stationnement payant résidentiel à un niveau suffisamment faible toutefois pour ne pas inciter les automobilistes à prendre leur voiture chaque matin.

4/ Expliquer votre vision de la mobilité pour les Colombiens pour 2020 et jusqu’à 2050 dans MOSAIQUE, le journal de la Ville

5/ et ensuite et surtout, faite respecter les règles de stationnement. La police municipale a également ce rôle.

Souvenez vous qu’il y a 4 ans, personne ou presque n’avait entendu parler du changement climatique.
Et dans 4 ans, pour les prochaines élections, ceux qui jugeront de votre travail auront une conscience encore plus aiguisée de l’urgence de la mutation nécessaire. Faite leurs confiance, n’hésitez plus. Plus la pilule viendra vite, le moins elle sera douloureuse pour nous tous Colombiens et autres dépendant des énergies fossiles, qui bouffent notre planète autant que notre pouvoir d’achat.