Soirée d'ouverture des Assises

20081201-_MG_7165 Ca y est ! Depuis hier soir, les Assises pour une ville écologique ont démarré. Elles dureront jusqu’à l’été 2009 et aboutiront à la rédaction d’un Agenda 21 local, en concertation avec la population.

Les Colombiens étaient d’ailleurs très nombreux hier à l’Avant Seine pour échanger autour des questions de développement durable. Jean-Marie Pelt, l’éminent scientifique invité à cette occasion, s’en est d’ailleurs réjoui : « Je n’ai jamais vu de telles salles », a-t-il répété, heureux de voir un public aussi nombreux et concerné, posant de nombreuses questions.

Sur scène, Philippe Sarre a ouvert la soirée en accueillant ses invités de marque : Dominique Voynet, ancienne ministre de l’environnement et actuelle maire de Montreuil, Marie-pierre Digard, conseillère régionale d’Ile de France et vice-présidente de l’ARENE, et donc Jean-Marie Pelt, botaniste, pharmacologue et président de l’Institut Européen d’Écologie.

Ils ont été rejoints par les élus de la ville en charge des dossiers liés au développement durable : Alexis Bachelay, adjoint au maire chargé des transports et du développement durable, Catherine Bernard, adjointe au maire chargée de l’environnement, et Patrick Chaimovitch, adjoint au maire chargé de l’urbanisme.

La diffusion d’un film reprenant les éléments du diagnostic territorial réalisé sur la ville a valu ce constat amer de Mme Voynet : « quand je vois ce film, je me dis qu’on n’a rien fait en 10 ans ». Jean-Marie Pelt n’a pas dit autre chose quand il a estimé que le temps des études et autres dossiers étaient finis : « c’est le moment de l’action; il faut taper vite et fort ».

Concernant les actions, les élus ont présenté leurs premières réalisations. Monsieur le Maire a évoqué les 16 tonnes de papier économisées avec la nouvelle formule du journal municipal. Alexis Bachelay a, pour sa part, présenté le bilan carbone qui vient d’être lancé par la ville. Il s’agit d’étudier les dépenses énergétiques de tous les bâtiments municipaux, ainsi que des logements sociaux de la ville. Une fois les faiblesses identifiées, il sera possible de mener des actions pour y remédier. Enfin, Mme Bernard est revenue sur les prix obtenus par la Ville lors des récents Grands Prix de l’environnement.

D’autres intervenants, entrepreneurs ou associatifs, ont également pris la parole pour faire part de leurs actions pour le développement durable à Colombes.

Pour conclure, Philippe Sarre s’est satisfait des conditions qui permettront de mener à bien cette politique de développement durable sur la ville : une volonté politique des élus, des actions concrètes et un appui de la population (habitants, entreprises, associations…). Appui incontestable si l’on en juge d’après le succès de la soirée d’hier. Colombes peut devenir une ville écologique.

Vous trouverez quelques photos de cette soirée dans l’album photo présent dans la colonne de droite de ce blog.